Actualités Société Période coloniale sur RFI / Sacré Charlemagne : Sidiki Bakaba à Abidjan pour la mise e...

Période coloniale sur RFI / Sacré Charlemagne : Sidiki Bakaba à Abidjan pour la mise en boîte d’un numéro de la série


Posté par le
Image du site www.unite.ci

Présent à Ouagadougou au Burkina Faso récemment pour prendre part, comme depuis de longues années, au Fespaco, le célèbre comédien ivoirien Sidiki Bakaba séjourne en ce moment sur les bords de la lagune ébrié, à Abidjan en Côte d’Ivoire où, invité par RFI, il va se prêter à l’enregistrement d’un numéro de la série radiophonique « Sacré Charlemagne».   

Le réalisateur de « Les guérisseurs », de « Roue libre » et autres films ; acteur, comédien, metteur en scène, formateur, l’Ivoirien Sidiki Bakaba, aujourd’hui septuagénaire et toujours plus talentueux que jamais, est de passage à Abidjan pour honorer une série radiophonique RFI autour des enfances coloniales  intitulée « Sacré Charlemagne ». Ce numéro, le deuxième de la série, se tourne cette semaine au Collège L’Ardoise d’Abidjan entre des lycéens et l’artiste autour du film « Camp de Thiaroye » de Sembène Ousmane. Y seront évoquées les questions de la colonisation, des tirailleurs et précisément du massacre de Thiaroye. Sidiki Bakaba étant l’un des comédiens principaux de ce film culte (longtemps interdit en France et jamais distribué), qui y tient magistralement un rôle de composition (celui d’un tirailleur muet), viendra échanger sur les dernières années de la colonisation (qu’il a vécues) et sur la douloureuse question des tirailleurs humiliés par l’armée coloniale française.

Notons que « Sacré Charlemagne » est une série qui propose une conversation sur l’histoire coloniale française entre un « Grand Quelqu’un » du continent (figure intellectuelle majeure) et des lycéens ou collégiens des deux rives. Pour sa stature d’acteur, bardé de prix et auréolé de distinctions, qui transcende les générations et les frontières, que le Burkina Faso a par ailleurs fait récemment Chevalier dans l’ordre du mérite des arts, de la communication et des Lettres, Sidiki Bakaba, ancien Directeur général du Palais de la Culture d’Abidjan, homme aux multiples facettes, est donc le Grand Quelqu’un spécialement choisi pour ce second numéro.  Rappelons que le 1er numéro (pas encore diffusé) a eu lieu entre Cheikh Hamidou Kane et des collégiens parisiens issus de la diversité autour du roman « L’aventure ambiguë » qui compte parmi les grands classiques de littérature africaine d’expression francophone.

« Sacré Charlemagne » se veut être, en substance, un objet mémoriel, qui met en lien les générations autour des lointains échos d’une histoire commune, souvent méconnue...

 par Yasmine Chouaki (En sol majeur Rfi) et Christian Kocani (La Gazette d’Abidjan)