Actualités Politique Côte d’Ivoire-Toumodi / Un ancien acteur politique reconverti dans la société civile...

Côte d’Ivoire-Toumodi / Un ancien acteur politique reconverti dans la société civile juge l’actualité politique


Posté par le
Image du site www.unite.ci

unite.ci, Abidjan le 18 juin 2019 : A l'occasion de la sortie officielle de la société coopérative des moissonneurs de la région du bélier sur l'esplanade de la sous-préfecture de Toumodi, le dimanche 09 juin nous avons rencontré monsieur Frédéric Tanoh Niangoin grand acteur politique. Aussi l'avons nous approché pour un entretien.

A la question de savoir ce qu'il devenait, Frédéric Tanoh Niangoin a répondu:"merci de vous intéresser à moi. Je suis là et je m'occupe désormais de mon Ong, après ma reconversion, il y a 05 ans en expert-consultant en gestion des conflits et paix, suite à une formation de 3ème cycle universitaire au CERAP." Poursuivant la conversation, nous lui avons demandé son avis sur le départ du Pdci-Rda de Ahoussou Jeannot, et les bouleversements que cela pourrait entraîner dans le V Baoulé. "Le départ du Pdci-Rda de Ahoussou Jeannot président du Sénat s'apparente à la rupture dans un couple qui ne supporte plus ses contradictions. Ce qui douche le départ d'Ahoussou Jeannot au Rhdp, de mon point de vue, ce sont les pressions, les menaces ouvertes et les humiliations dont il a été l'objet pour un poste, de surcroît électif " L'ancien politicien a donné sa position sur la célérité avec laquelle Ahoussou Jeannot a été remplacé à la tête de l'Association des Elus et Cadres Pdci du Grand Centre, toute chose qui cache peut-être un conflit latent de positionnement politique: " Selon moi, cette situation ne peut être liée à un quelconque conflit de positionnement politique. Ce que je sais, c'est que le positionnement du président Ahoussou Jeannot à la tête de l'AEC-GC et du Conseil Régional du Bélier par la suite est le fait du ministre Allah Kouadio Rémi lui-même qui le remplace aujourd'hui. Et puis pourquoi pensez-vous que le départ d'Ahoussou Jeannot du Pdci-Rda qui est un fait banal puisse mettre à mal l'avenir politique et la cohésion du peuple baoulé qui est très mature. Certains s'évertuent tant à le condamner, mais que non. Il faut plutôt le plaindre. La situation dans laquelle il s'était trouvé était très délicate. Le niveau social qu'il a atteint, les privilèges, les redevabilités, la peur du lendemain, tout cela compte dans un choix aussi déterminant, surtout quand on est acculé  et qu'on n'a pas assez de recul. c'est humain. Comprenez aussi que tout le monde ne peut être aussi preux c'est à dire courageux que Guikahué, N'Dri Narcisse, Allah Kouadio Rémi, Abou Dramane Sangaré, Djéni Kobina et bien d'autres" Les conflits inter-communautaires ont retenu aussi l'attention de notre interlocuteur: "Il faut dire que quand certains conflits deviennent récurrents et qu'ils ont un dénominateur presque commun ou impliquent les même types d'acteurs, cela doit conduire à des interrogations et à un diagnostic pour en connaitre les causes profondes. La particularité des conflits inter-communautaires de ces derniers temps est qu'ils portent en eux des germes à la fois politiques, économiques et relationnels. Tous ces conflits peuvent trouver solution dans la volonté politique des gouvernants et le respect du principe minimum du vivre ensemble qu'est le sentiment de reconnaissance."  L'expert-consultant en gestion des conflits et paix s'est prononcé sur le projet d'alliance Pdci-Rda et Fpi pour les élections de 2020: " Les alliances politiques ne doivent nullement choquer si elles restent dans le cadre strict des stratégies démocratiques de conquête du pouvoir. L'histoire politique de la Côte d'Ivoire regorge d'ailleurs d'alliances." Frédéric Tanoh Niangoin a donné son avis pour des élections apaisées en 2020:" En principe dans un régime vraiment démocratique, les élections sont toujours apaisées, malheureusement chez nous, elles soulèvent des passions, entraînent la haine, la division. la majorité des citoyens manque de culture politique et nos gouvernants ont tendance à fouler aux pieds les principes élémentaires de la démocratie et des droits de l'homme. Pour des élections apaisées, il faut un découpage électoral consensuel, une CEI vraiment indépendante, un scrutin totalement sécurisé, une liste électorale fiable, une position équidistante du pouvoir pendant le processus électoral." Pour finir, le désormais militant des Droits de l'Homme a émis deux idées essentielles: "Que la Côte d'Ivoire continue d'assumer, malgré tout, son destin de pays d'accueil, d'hospitalité et de paix et qu'aux ivoiriens, il leur soit reconnu le droit de proclamer leur autochtonie et leur fierté d'être ivoiriens. Ensuite que nos dirigeants améliorent leurs gouvernances sous touts les formes, à savoir politique, foncière, territoriales, sécuritaires, électorales et fassent du respect scrupuleux des Droits de l'Homme un point d'honneur. C'est à ces prix que le vivre ensemble et la cohésion sociale seront une réalité."

                                                                                                                                                              

                                                                                                                                                                                    Sosthène