Actualités Société Côte d’Ivoire : Actes de vandalisme au cimetière de Williams ville / Le témoignage ex...

Côte d’Ivoire : Actes de vandalisme au cimetière de Williams ville / Le témoignage exclusif des auteurs de la profanation du corps de Dj Arafat


Posté par le
Image du site www.unite.ci

unite.ci, Abidjan le 02 septembre 2019 : A peine leur sale besogne accomplie, les auteurs de la profanation de la tombe de Dj Arafat, parlent des motivations ayant guidé leur acte de vandalisme. Dans des enregistrements qui circulent, ils retracent ce qui s'est passé au cimetière ce samedi 31 août 2019, dès après l'inhumation.

« On est rentrés au cimetière. On a gbôlô( cassé) la tombe. J'étais sur les lieux. Ce n'est pas « on-dit » », relate l'un d'eux. Et un autre d'ajouter : « On a décalé ( sorti) le cercueilJe jure que ce n'est pas Yôrô (diminutif de Yôrôbô, l'un des nombreux surnoms de Dj Arafat, ndlr). C'est un mannequin qui est dans le cercueil là ». Comme pour confirmer les propos du précédent, un autre renchérit : « Tous les habits qui étaient sur lui ont été enlevés pour voir les tatouages de Yôrô. Il n'y avait pas de tatouage. Ce n'est pas lui. Les tatouages de Yôrô ne peuvent pas disparaître ! ».

Une certitude partagée par un autre « Chinois » : « Le môgô ( jeune homme) qui est ici, ce n'est pas Yôrô, mon frère. Ce n'est jamais lui-même ! ». C'était donc bien pour lever tout doute sur le corps qui est dans le cercueil que des fans de Dj Arafat sont allés jusqu'à vandaliser son tombeau.

Interrogé sur la question, un sociologue juge cette attitude des « Chinois » normale. « C'est une étape normale dans le vécu du deuil d'un individu. C'est une étape qu'on appelle le déni. On se dit que la personne qu'on aime ne peut pas mourir (......) Et vu que certains ont été tenus éloignés de cette étape, ils en sont encore à cette étape », explique-t-il.

Puis le sociologue de poursuivre : « D'un point de vue profanation, cela peut être perçu comme grave. Mais pour moi, c'est une étape qu'on pourrait considérer comme normale dans le processus de vécu du deuil des individus ». Toujours est-il que la profanation de la tombe de Dj Arafat, juste après son inhumation au cimetière de Williamsville à Abidjan, continue de susciter l'indignation d'une frange de la population.

Karine Koré