Actualités Économie Côte d’Ivoire : Filière élevage/ Des éleveurs ivoiriens d’ovins de races se signal...

Côte d’Ivoire : Filière élevage/ Des éleveurs ivoiriens d’ovins de races se signalent


Posté par le
Image du site www.unite.ci

unite.ci, Abidjan le 3 septembre 2019 : “Braves éleveurs professionnels d’ovins de races en Côte d’Ivoire”, une association composée d’Ivoiriens passionnés d’élevage, qui entend contribuer à l’autosuffisance en protéines animales dans le pays, plaide auprès des autorités nationales pour la facilitation de leur accès au foncier ainsi qu’aux intrants en termes d’aliments et de médicaments, en vue de l’émergence de la filière.

Cet appel a été lancé au cours d’une interview avec l’AIP, mardi, par le président de l’association, Traoré Amidou Souleymane. « La filière est dominée par des acteurs de la sous-région. Nous souhaitons développer, promouvoir et vulgariser l’activité d’élevage auprès des jeunes pour leur auto-emploi en vue de l’approvisionnement du marché », insiste-t-il.

La principale ambition de ces éleveurs est la création de races typiquement ivoiriennes adaptées au climat, ayant un imposant gabarit, afin de proposer un “noyau” pour la reproduction à l’échelle nationale, assure M. Traoré, citant l’exemple de races dans la sous-région dont des spécimens se négocient entre 20 et 50 millions de FCFA.

« Nous ambitionnons également de créer une ferme-pilote pour la formation de nos membres par des vétérinaires, nutritionnistes et spécialistes », annonce Traoré Amidou.

Composée d’Ivoiriens n’ayant pas pour principale profession l’élevage mais des “passionnés” de cette filière, “Braves éleveurs professionnels d’ovins de races en Côte d’Ivoire” regroupe 60 membres réguliers et plus de 200 sympathisants qui bénéficient d’un encadrement pour apprendre à construire une bergerie, nourrir, soigner et même vendre leurs animaux, avec pour rêve commun, l’émergence de la filière à travers le pays.

Disposant d’atouts considérables (climat, végétation…) pour le développement de l’élevage de bovins, de caprins et d’ovins, entre autres, la Côte d’Ivoire dépend des pays de l’hinterland pour la consommation d’ovins et bovins, surtout en périodes de fêtes dont l’Aïd-el-Kébir.

(AIP)