Actualités Économie Bonne gouvernance : Gestion des données publiques / La Côte d’Ivoire classée 93ème s...

Bonne gouvernance : Gestion des données publiques / La Côte d’Ivoire classée 93ème sur 115 pays


Posté par le
Image du site www.unite.ci

unite.ci, Abidjan le 28 octobre 2019 : La Côte d’Ivoire envisage capitaliser sa politique sur l’ouverture des données publiques afin d’améliorer son rang au baromètre “open data” de web fondation. Classée à la 93ème place au plan mondial sur 115 pays, elle entend œuvrer pour une meilleure ouverture des données publiques. Ces informations o t été partagée au cours d’un atelier de restitution de l’étude sur l’état de préparation de la Côte d’Ivoire à l’ouverture des données publiques, ouvert ce lundi 28 octobre 2019 par M.Yéo Nahoua, directeur de cabinet du ministre du Plan et du Développement, représentant la ministre Kaba Nialé. M.Yéo a traduit la volonté du gouvernement ivoirien à œuvrer pour l’atteinte de ses objectifs en la matière.

L’atelier qui se tient, à cet effet, sous la houlette du programme « Data Collaboratives for Local Impact » (DCLI), est financé par l’agence du Gouvernement Américain chargée de la lutte contre le VIH/SIDA (PEPFAR) et mis en œuvre par le Millenium Challenge Corporation (MCC). Il a réuni les acteurs principaux d domaine.

Pour mener à bien la vision des autorités ivoiriennes, une étude menée de juillet à décembre 2018, selon la méthode ODRA ( Open data readiness assement) a permis d’identifier les différents blocages à l’ouverture des données et de définir les actions concrètes pour y remédier.
Aux dires de M. Yéo Nahoua, malgré les efforts consentis par la Côte d’Ivoire, l’ouverture aux données publiques semble ne pas décoller. Pourtant, cette ouverture, qui s’inscrit dans le plan national de développement (PND), permettra à la Côte d’Ivoire de réaliser des avancées importantes en matière de transparence de la gestion publique et de lutte contre la corruption, dans l’amélioration de la modernisation de l’administration et le déclenchement de l’innovation et des technologies et de l’information.
Le renforcement des compétences et l’utilisation des données établissent les fondements d’une prise de décisions basées sur des éléments tangibles, sur la transparence, et à terme, sur le développement durable, a fait savoir le Directeur pays du MCC en Côte d’Ivoire, Mahmoud Bah. Pour lui, tout ceci constitue des points très importants pour le mandat opérationnel du compact du MCC.